fbpx

Récits de navigation au Canada : Un voyage en mer

Soumis par:  Peers Pendlebury
Emplacement : l’Île de Vancouver à Hawaii
Profession: Retraité: Voyage en voilier d’un père et sa fille
Année:  2004
Bateau:  Subee, Alberg 30

Un rêve de naviguer à Hawaï

Quand j’étais un dur à cuire, j’avais trois objectifs qui m’obsédaient plus ou moins. Même si je vivais à l’intérieur de la Colombie-Britannique, l’un de mes objectifs était de faire un voyage en mer et de perdre de vue la terre. Je possédais un Tanzer 26 sur le lac Kootenay, j’avais donc le goût de la voile, mais je ne savais pas pourquoi je voulais tant aller au large. J’ai pris ma retraite tôt et ma famille et moi avons déménagé sur l’île de Vancouver pour être plus près de l’océan.

De l’île de Vancouver à Hawaï

La destination la plus proche qui satisferait mon objectif/obsession serait de naviguer vers Hawaï, à 3 000 milles de là. Je pourrais naviguer jusqu’à Hawaï mais j’aurais besoin du bon bateau pour un tel voyage. Alors que j’avais assez de revenus pour prendre une retraite anticipée et vivre assez bien, je n’avais pas beaucoup d’argent pour acheter un voilier hauturier. Un de mes amis m’a suggéré de jeter un œil à un Alberg 30 à vendre à Vancouver. Après quelques recherches, j’ai appris que l’Alberg 30 avait été conçu comme un croiseur côtier mais qu’il était construit si solidement qu’il était capable d’un voyage au large. J’ai acheté le navire de 34 ans, nommé Subee, un vrai chéri aux lignes classiques. C’était bien sûr, mais c’était toujours un bateau et donc un gouffre financier nécessitant des changements tels que le remplacement de la sellerie en vinyle d’origine, l’ajout d’un pilote automatique de girouette, la finition intérieure en teck, une nouvelle électronique, de nouvelles voiles offshore, un nouveau dodger et une housse de voile. La liste continue. Au moment où j’en ai fini avec Subee, elle était bien équipée, impeccable et prête.

En 2003, ma femme, Mary, et moi avons emmené Subee dans une croisière de shakedown autour de l’île de Vancouver, un voyage difficile d’environ 730 milles marins. Subee s’est montrée capable de ce que j’avais en tête pour elle.

À cette époque, ma plus jeune fille, Janie, était en dernière année d’université et obtiendrait son diplôme d’infirmière en mai 2004. Janie et moi avions prévu qu’après l’obtention de son diplôme, elle m’accompagnerait lors du voyage à Hawaï. Même si Janie n’était pas passionnée par la mécanique de la voile, elle aimait la voile et les aventures. Après une belle fête d’adieu avec des amis et la famille, nous avons quitté Schooner Cove Marina. Je réalisais mon objectif final et, vents et marées, j’allais naviguer vers Hawaï. Beaucoup de gens ont le même rêve et partent effectivement pour naviguer vers Hawaï mais pour une raison quelconque, mal de mer, panne d’équipement ou peur, ils font demi-tour une fois qu’ils ont découvert l’eau libre. Ce n’était pas une option pour Janie et moi.

Dès que nous avons quitté le détroit de Juan De Fuca, Janie a eu le mal de mer. Elle avait des médicaments qu’elle détestait prendre car cela la rendait somnolente, mais après quelques jours, elle commençait à se sentir mieux et à avoir le pied marin. Malheureusement, cela ne durerait que jusqu’à ce qu’il y ait un changement de direction du vent entraînant un changement de mouvement du bateau. Janie est passée par là quatre fois à l’aller et au retour, mais à aucun moment, elle n’aurait choisi de ne pas faire ce qu’elle faisait.

Lors d’un long voyage en mer, dans notre cas 32 jours aller simple, il est d’usage que l’équipage effectue des quarts de quart d’une durée prédéterminée. Mais Janie s’est retrouvée incapable de prendre des montres pendant les heures sombres. Cela l’a trop effrayée et, en fait, elle s’est mutine en refusant de faire des quarts d’heure sombre ! Je ne l’ai pas fait marcher sur la planche. Au lieu de cela, nous sommes arrivés à une solution différente : nous dînions à l’heure normale et j’allais me coucher pendant quelques heures jusqu’à ce que la nuit tombe. Janie me réveillait à la tombée de la nuit et se couchait elle-même. Quand il faisait jour, je la réveillais et nous prenions le petit déjeuner. Après cela, je retournais au lit jusqu’au déjeuner. Nous passions les après-midi éveillés et profitions de l’océan qui défilait.

Gardez à l’esprit que Subee se dirigeait avec la girouette et n’avait besoin d’ajustement que de temps en temps. Lorsque nous sommes entrés dans les alizés, nous avons essayé de pêcher. Nous avons constaté que si nous traînions une mouche à queue de cerf à des vitesses de cinq nœuds, ou mieux, nous pouvions attraper de très beaux dorades ou thons. Il y avait toujours des oiseaux à observer, plongeant entre les hautes vagues et parfois des dauphins s’installaient sur Subee. Ils nageaient dans toutes les directions, puis devenaient fous en nageant autour et sous nous et en sautant en coordination deux ou trois à la fois. Nous avons également vu des poissons volants et parfois ils survolaient Subee et frappaient une voile et se retrouvaient sur le pont. Nous avons également vu d’énormes bancs de thons bondir comme des poissons volants parce qu’ils étaient chassés par des dauphins et n’avaient nulle part d’autre où aller que vers le haut !

Normalement, nous naviguions avec le panneau de descente ouvert et cela convenait parfaitement à Janie car dans l’obscurité, si elle se réveillait, elle pouvait me voir monter la garde et se rassurer. Une nuit en mer, des vagues s’écrasaient sur le bateau. Il y avait du vent et des embruns étaient soufflés à l’intérieur par la trappe ouverte, alors je l’ai fermée. Janie m’a ordonné d’ouvrir la trappe car elle devait pouvoir me voir, rassurant qu’elle n’était pas seule. Rien ne me convaincrait de permettre à l’eau de pénétrer à l’intérieur du bateau. Alors, l’ingénieuse Janie a pris une pelote de ficelle et a attaché une extrémité autour de mon poignet, puis a enfilé la ficelle à travers un petit espace dans la trappe jusqu’à l’endroit où elle dormait afin qu’elle puisse tirer sur la ficelle et se sentir rassurée quand je tirais en arrière.

Est-ce un vaisseau fantôme ?

Un soir, c’était le crépuscule sans vent et calme plat. J’ai pris la décision de dormir tous les deux. Janie, bien qu’un peu hésitante à l’idée que je ne fasse pas le quart de nuit comme d’habitude, a accepté. Je descendis tandis que Janie disait qu’elle resterait encore un peu sur le pont et qu’elle me rejoindrait ensuite. Peu de temps après, Janie m’a réveillé et m’a dit qu’il y avait un autre bateau à côté de nous. J’ai regardé l’horloge, moins de dix minutes s’étaient écoulées depuis que je suis descendu. J’étais assez dérangé d’avoir été réveillé si tôt. Alors Janie dit, d’un ton très indigné, « Eh bien viens ici et regarde par toi-même ! » Je me levai du lit et montai dans le cockpit. Je suis entré dans un état de choc, j’en suis sûr. Là, comme Janie l’avait dit, il y avait un bateau posé à côté de nous à quelques mètres de là. C’était étrange, il n’y avait personne dessus. Toutes sortes de choses me sont passées par la tête. Faut-il monter à bord, faut-il y mettre une remorque ? Alors que je regardais le bateau de plus près, cela m’a encore plus choqué de réaliser que c’était Subee que nous regardions. Au moins une réplique de Subee. Chaque détail était exactement le même sauf un, le bateau que nous regardions était à la dérive et n’avait aucun équipage visible à bord. On pourrait penser que c’était une sorte de reflet que nous voyions, mais comment ? Le ciel était clair, l’horizon était visible au loin et Janie et moi étions absents de l’image. Janie est allée chercher une lampe de poche pour éclairer le bateau mais en braquant la lumière, le bateau a immédiatement disparu, pour ne plus jamais revenir.

Je ne pouvais pas expliquer ce qui s’est passé alors, et je ne le peux toujours pas. Ce n’était pas une expérience effrayante, c’était en fait très intéressant. Après notre retour à la maison, j’ai contacté l’émission de radio de la CBC, Quirks and Quarks, pour demander à l’animateur Bob McDonald s’il y avait une explication scientifique possible à ce que nous avions vu. Ma requête a été prise en compte mais je n’ai reçu aucune autre réponse.

Je conclurai en disant que c’était le voyage d’une vie pour Janie et moi, quelque chose qui devait arriver. Nous avons navigué dans le port de Nawiliwili à Kauai, rencontré Mary qui avait survolé, fait le voyage touristique pendant deux semaines, puis nous sommes retournés à Schooner Cove. Ce fut un voyage épique pour nous et a complété ma liste d’objectifs/d’obsessions.

Peers Pendlebury

Ressources

How to: Sailing Offshore from Victoria to Hawaii

Safe Harbour Insurance: Sun Safety for Boaters

Twenty tips for provisioning a boat for long trips.

Montez à bord.

Confiez-nous l'assurance de votre embarcation de plaisance

Appelez-nous

Commencez