fbpx
Faire de la voile / 29 juillet 2021

Les femmes et le nautisme – 2eme édition: Entrevue avec la Skipper Jo-Ann

Lisez notre entrevue avec la Skipper Jo-Ann

Passionnée par la voile depuis 2013, Jo-Ann Heinz est à la fois skipper de son propre voilier de croisière et régatier expérimenté en régate de voiliers monotypes. Elle vient de rentrer d’un voyage de trois semaines, naviguant dans les Broughtons, une région pittoresque au large de la côte de la Colombie-Britannique. Juste au nord de Desolation Sound, les Broughtons sont souvent décrits comme « rustiques, isolés et majestueux ». Voyageant avec un groupe de bateaux à moteur, celui de Jo-Ann était le seul voilier et, selon elle, « les plaisanciers n’étaient pas si méchants ».

Qu’est-ce qui vous a rendu accro à la voile ?

C’était la fin de l’été et j’étais sur l’un de ces petits ferries de False Creek en début de soirée. J’ai repéré un couple sur un voilier, et on aurait dit qu’ils sortaient pour profiter du coucher de soleil et passer du temps sur l’eau. Je suis rentré à la maison et j’ai dit à mon mari d’alors que j’aurais vraiment préféré un bateau au lieu de la moto qu’il venait d’acheter. Il m’a suggéré de prendre des cours de voile, ce que j’ai fait.

Peu de temps après, j’étais à nouveau sur l’un de ces petits traversiers, et cette fois j’ai rencontré une femme nommée MC, qui possédait un voilier de course appelé Presto. Elle m’a demandé si j’aimerais faire partie de son équipe, et j’ai dit oui. Je suis allé chez West Marine pour acheter du matériel contre les intempéries pour la course et d’une manière ou d’une autre, grâce à cette petite course, en dix jours, je possédais un voilier Catalina de 27 pieds !

Combien de bateaux avez-vous maintenant ?

J’ai deux voiliers. Celui que j’utilise pour la croisière est un Beneteau 343 2007, qui a remplacé le Catalina. Le Beneteau a une couchette en V et une grand-voile sur enrouleur. Je mentionne la grand-voile sur enrouleur car en avoir une me permet de sortir le bateau tout seul beaucoup plus facilement. Habituellement, pour la voile, vous avez une grand-voile qui flotte sur la bôme, alors qu’avec la grand-voile à enrouleur, nous enroulons la voile dans le mât, ce qui est idéal pour une manipulation simple du bateau. Mon bateau de course mesure 24 pieds, le Martin 242. Il n’y a rien d’extraordinaire là-dedans. Il n’y a même pas de coussin ni de toilettes. Eh bien, il y a des toilettes. La toilette est un seau que lorsqu’il ne sert pas de seau, on le retourne et c’est une table. C’est vraiment pour la course uniquement et fait partie d’une flotte de 242 autres bateaux qui concourent en monotype, qui est le type de course où celui qui franchit la ligne d’arrivée en premier arrive en premier.

Quand et où faites-vous la course?

Vous pouvez fair la course 12 mois par an, à l’exception de quelques pauses entre l’automne et l’hiver, et l’hiver et le printemps. En été, il y a beaucoup de régates le week-end, ainsi que des courses en soirée les mercredis et jeudis soirs à English Bay. Il y a aussi des courses en soirée le mercredi soir au West Vancouver Yacht Club. Localement, je préfère courir le détroit de Georgia et la baie Howe.

Juste avant COVID-19, j’ai fait la course dans le RORC 600 qui se déroule dans les Caraïbes. Il s’agissait d’une course de cinq jours, et nous avons parcouru 600 milles nautiques. De là, c’est parti pour St. Maarten pour la Heineken Regatta une semaine plus tard.

Quelle est la meilleure amélioration que vous ayez ajoutée à votre voilier de croisière qui a littéralement doublé votre plaisir sur le bateau ?

Je viens de faire une mise à niveau qui a changé ma vie ; J’ai mis deux panneaux solaires sur mon taud de soleil. Si vous n’avez pas de panneaux solaires, il n’y a que deux façons de charger la batterie : l’une fait tourner le moteur à haut régime et l’autre retourne à un quai, la branche et la charge là-bas. Maintenant que j’ai les panneaux solaires, je n’ai plus besoin de faire tourner mon moteur, ni de retourner sur un vieux quai. J’ai tout le pouvoir du monde et c’est fantastique !

Quelle est la meilleure mise à niveau que vous ayez ajoutée pour améliorer la sécurité ?

J’ai un appareil de communication par satellite Garmin Inreach qui me permet de communiquer avec ceux à la maison lorsque je suis hors de portée cellulaire. Les gens peuvent aussi me voir sur le Garmin. Je peux leur envoyer un lien, ils peuvent aller en ligne, et suivre mon bateau et mon plan de passage. Si je m’écarte de ce plan, alors ils savent que quelque chose ne va pas.

Pour quelqu’un qui s’intéresse à la voile, quels sont les trois cours de navigation que vous lui recommandez de suivre ?

Tout d’abord, suivez un cours de voile de base qui enseigne la terminologie de la voile et les parties du bateau. De cette façon, lorsque vous êtes à bord et qu’on vous demande d’aller à la poupe et de défaire la ligne de vie, vous saurez où se trouve la poupe et ce qu’est une ligne de vie. L’autre chose est de savoir que vous êtes des nœuds. Si vous pouvez monter à bord et faire un nœud de bouline rapidement, c’est génial. Vous devez connaître vos nœuds et votre terminologie.

L’un des cours les plus importants à suivre est le Système canadien d’aides à la navigation. Lorsque vous naviguez, vous devez savoir ce que signifient toutes les signalisations/bouées sur l’eau. La navigation de plaisance dans nos eaux locales de la Colombie-Britannique est l’une des navigations les plus difficiles au monde parce que nos côtes sont si rocheuses. Vous pourriez vous retrouver dans un cornichon, au mauvais endroit, avec votre bateau sur un rocher parce que vous ne saviez pas ce qu’est une « balise de jour de bâbord ».

Enfin, il y a autre chose d’important que les nouveaux marins doivent comprendre. Je pense que beaucoup de gens considèrent la voile comme quelque chose de facile, d’amusant et de fleurs et de papillons. Eh bien, ce n’est pas le cas. Les choses tournent mal et vous devez être prêt à y faire face. Je suggère de comprendre que ce ne sont pas que des fleurs et des papillons.

Vous savez ce qu’on dit : la navigation de plaisance, c’est réparer son bateau dans des endroits exotiques. Je venais de sortir récemment et j’ai eu un problème avec la grand-voile sur enrouleur à mon arrivée à un beau mouillage. Mon gars, Nigel a dû monter au mât. Nous avons travaillé dur dans la chaleur pour réparer le bateau. Nous n’avons pas forcément autant apprécié le mouillage que si nous n’avions pas eu ce problème, mais nous n’avions pas d’autre choix que de le régler. donne une certaine liberté pour aller un peu plus loin, avec plus de sécurité et de tranquillité d’esprit.

Quels sont les trois articles que vous rangez toujours dans votre sac avant le lancement ?

Carte de crédit, Mon VFI et crème solaire. Toujours.

Quelle est la démarche pour devenir skipper ?

Pour mes connaissances en voile, j’ai suivi un cours d’équipage de base et un cours de skipper via Cooper Boating. J’ai ensuite suivi le cours de base de Voile Canada et obtenu ma certification de base de Voile Canada. Après la base, j’ai terminé le cours intermédiaire. J’ai également suivi un cours intitulé Sécurité en mer. Certaines courses exigent que tout l’équipage suive le cours Safety at Sea, qui explique ce qu’il faut faire lorsque les choses tournent mal, comme abandonner le navire, utiliser des fusées éclairantes, etc. …

Pour en revenir à la citation, « Naviguer, c’est réparer votre bateau dans des endroits exotiques »

J’ai une amie qui possède son bateau. En ce moment, elle a beaucoup de problèmes mécaniques. Cela se résume vraiment à la mise en place d’un programme de maintenance approprié et de listes de contrôle pour gérer les problèmes évitables. Chaque fois que vous sortez du bateau, vérifiez l’huile, le niveau d’eau, ouvrez et inspectez le moteur et vérifiez s’il y a des fuites. Un programme d’entretien approprié réduit vos chances que quelque chose aille de travers.

Il y a la combinaison yoga/voile, la combinaison peinture/voile, à part la course, avez-vous découvert un loisir ou une activité inattendue que vous n’avez découvert qu’à cause de la voile ?

Quand j’arrive à un mouillage, je mets mon kayak gonflable dans l’eau, et je fais du kayak avec mon appareil photo, photographiant le paysage, la faune, et j’adore ça. Lorsque j’étais dans les Broughtons il y a quelques semaines, j’étais au mouillage pendant environ quatre ou cinq jours. J’avais des marsouins qui nageaient autour de mon bateau.

Et puis il y avait les phoques. Peut-être qu’ils se ressemblent tous, mais je pense que c’était le même phoque qui me rendait visite le matin. Je lui disais « Bonjour, Sam », et il s’approchait un peu plus, puis s’en allait. Vous voyez cela pendant que vous écoutez le chant des oiseaux et que vous vous préparez pour leur journée ? C’est vraiment très agréable. L’autre passe-temps que j’ai commencé était d’apprendre à faire du gin tonic. C’est un nouveau passe-temps.

Quels sont les plus grands avantages pour votre santé en naviguant ?

Pour moi, c’est définitivement positif pour la santé mentale. Quand je navigue, je me concentre sur la voile. Les voiles sont réglées et j’ajuste la direction du bateau par petits degrés à la fois en réaction au vent. Pour ce faire, vous regardez vos témoins, qui sont de petits morceaux de matériau léger attachés aux voiles. Imaginez que vous êtes assis sur le côté de votre bateau, que vous dirigez le volant avec votre pied tout en regardant simplement vos témoins, et vérifiez périodiquement les environs et maintenez le cap.

Vous pouvez rester assis comme ça pendant de longues périodes, et tout ce que vous faites est de regarder ces témoins pour vous assurer qu’ils volent droit et faire de petits ajustements avec votre pied. Pour moi, c’est la méditation et la pleine conscience. Cela signifie que je ne pense pas à toutes les autres choses qui pourraient se passer dans ma vie et qui ne sont pas si agréables ou inquiétantes, ou qui nécessitent une réflexion sérieuse. Tout ce que j’ai à faire est de regarder ces témoins. Je pense que la voile est très bonne pour la santé mentale.

Dans un scénario de prix sans objet, sans limitation, quelle est votre aventure à la voile de rêve ?

J’ai navigué beaucoup d’endroits dans ce monde. J’ai pas mal navigué dans les Caraïbes et en Polynésie française. Je dois aller aux Fidji à l’automne, mais cela dépendra de COVID-19. J’ai navigué dans tous ces endroits très beaux, chauds et tropicaux. Mais pour être honnête, ces endroits n’ont rien sur la géographie que nous avons localement ici en Colombie-Britannique. Je pense que les lieux de croisière les plus beaux et les plus intéressants sont ici en Colombie-Britannique. C’est à mon avis l’une des meilleures voiles au monde.

Je viens d’aller aux Broughtons pour la première fois, et c’est complètement magnifique. De si beaux arbres dans tant de nuances de vert différentes, mélangées à tant de nuances de bleu différentes. J’ai vu des aigles, des baleines, des marsouins et des phoques. Tous les sites que vous voulez voir, et la pêche était super aussi. Je suis très chanceux de pouvoir avoir un bateau amarré ici.

Combien de nouveaux amis vous êtes-vous fait en naviguant ?

Au cours de toutes mes années de navigation, j’ai rencontré beaucoup de nouvelles connaissances et de très bons amis et nous partageons tous un amour pour la voile.

Appartenez-vous à des groupes en ligne qui vous mettent en contact avec des marins partageant les mêmes idées ?

Maintenant que je suis célibataire, j’appartiens à un groupe de marins célibataires sur Facebook. Je suis également membre d’autres groupes Facebook de course ou de croisière spécifiques aux îles Gulf, et de groupes réservés aux propriétaires de Beneteau. Je suis également divers yacht clubs sur Facebook, donc je me tiens au courant des derniers événements.

Et enfin, avez-vous des conseils avisés pour ceux qui envisagent la voile comme un nouveau passe-temps potentiel ?

Pour en revenir à la rencontre fortuite de MC sur ce petit ferry… l’une des choses auxquelles je pense dans la vie, c’est que ces opportunités se présentent à nous lorsque nous laissons notre navire quitter le port. Que votre navire soit simplement un humain sortant de votre porte d’entrée ou que votre navire soit votre voiture qui roule quelque part. Lorsque nous laissons notre navire quitter le port, cela nous ouvre des opportunités.

Ressources:  Entrevue avec Skipper Jo-Ann

Woman, Water & Wellness, Part 1

Broughton Archipelago Provincial Park

Cooper Boating courses

Sail Canada sailor programs

Ten useful sailing knots

Aids to Navigation: Buoys

RVYC: One Design Racing

RORC 600

Garmin Inreach Satellite Explorer

Southern Navigation Insurance

 

Montez à bord.

Confiez-nous l'assurance de votre embarcation de plaisance

Appelez-nous

Commencez